Vide existentiel : un non aboutissement enfin comblé

le vide existentiel en thérapie : un non aboutissement enfin comblé

Du vide intérieur vers la complétude avec Soi

Qui n’a pas déjà connu ce petit (ou grand) “vide existentiel” ?
Ou ce désintérêt soudain pour ses projets, le sentiment de carburer vers…quoi au juste ?

Les compensations, ce sont tous ces comportements, ces projets, ces relations avec un intérêt de “retour sur investissement” : celui de ne pas sentir ce vide intérieur. Elles permettent salutairement de s’anesthésier par un “quelque chose” (ou un “quelqu’un” réduit sans le vouloir au rang d’objet pour venir compenser ce vide).

Mais une “chose”, ça rentre dans le rang des valeurs (mesurables, estimables). Forcément, la compensation ne fait pas le poids sur la balance avec l’ontique : le monde des sujets, des Êtres, non mesurables car…inestimables !

Il y a toujours une sensation de “non aboutissement”. C’est quand la ressource énergétique vient à manquer que s’opère alors le moment de désillusion. L’attention ne pouvant plus être détournée, elle se dirige spontanément vers ce qui interpelle le plus : ce manque “d’être” en Soi.

La Maïeusthésie est une thérapie qui accompagne la rencontre intérieure pour un retour vers la complétude. Les carences existentielles peuvent découler de :
🌥 Blessures et traumas,
🌥 Manque de déploiement de l’individu que nous avons à être (faute d’environnement favorable à cette expression)

Dans ces deux cas, la thérapie brève permet de réintégrer ces “parts de Soi” dans notre “communauté intérieur” afin de retrouver une entièreté avec qui on est et une authenticité révélant de nouvelles colorations de l’existence. Elle est une opportunité d’aboutissement qui vient combler le Soi, sans artifices.

"La Maïeusthésie est une ouverture au déploiement, une délicate invitation à aller par-delà les étiquettes vers une plus profonde connaissance de Soi. Elle ne cherche pas comment faire « contre » ou « avec », elle invite à « Être »."
rachel pedraza psychopraticienne en thérapie brève à toulouse
Rachel Pedraza
Praticienne en psychothérapie

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.