Un symptôme mémorial

symptôme mémorial

En cas de surcharge émotionnelle, la psyché s’autoprotège par clivage. D’un coté, elle se sépare elle-même de ce qui est trop encombrant, et d’un autre cote, elle génère un symptôme mémorial, garant du lien avec cette part de Soi clivée.

Il s’en suit un phénomène paradoxale :

  • d’un coté il y a un besoin de sécurité, donc mise en place d’un réflexe d’évitement ou de défense face à une situation analogue
  • d’un autre coté il y a un besoin de retour à la complétude et donc d’entretien du mémorial, spécialement pour ne pas oublier cette part de Soi, en attente de réhabilitation pour retrouver une entièreté avec qui on est.
"J'accompagne dans le dialogue les personnes hypersensibles pour guérir des blessures et retrouver un équilibre émotionnel."
rachel pedraza therapeute therapie breve à toulouse spécialisée en maieusthésie
Rachel Pedraza
Psychopraticienne en Maïeusthésie

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.