La dimension existentielle d’un vécu

Psychopraticienne certifiée en Maïeusthésie, j'accompagne dans le dialogue les personnes touchées par les blessures et traumas pour rétablir un équilibre émotionnel intérieur durable.
rachel pedraza therapeute therapie breve à toulouse spécialisée en maieusthésie
Rachel Pedraza
Praticienne en Psychothérapie

Ce qui crée le moment thérapeutique n’est pas la reviviscence d’une circonstance difficile, mais l’ouverture à la dimension existentielle sous-jacente du vécu.

Pour cela il convient de ne plus mêler l’individu qui a vécu l’événement à l’événement lui-même.

En Maïeusthésie, nous clarifions la différence qu’il y a entre ce qui est arrivé (le circonstanciel, l’événement, mesurable et estimable) et celui qui l’a vécu (l’existentiel, l’individu de valeur toujours inestimable).

Faire exister ceux qu’on a été en tant que Sujets change le prisme de perception d’un vécu : nous nous ouvrons à nous-même, sans régression.

Nous passons d’un état d’affect à un état communicant, garant d’une sécurité et d’une paix intérieure durable avec son histoire personnelle.

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.