Deux sources d’un clivage psychologique

Lors d’un trauma, la coupure avec soi-même est un mécanisme d’autoprotection de la psyché.

  • Soit pour ne pas être envahi par une charge émotionnelle ingérable : la part de Soi trop chargée émotionnellement est mise à l’écart (pulsion de survie) et reste en attente de remédiation (pulsion de Vie).
  • Soit pour protéger un magnifique potentiel : la part de Soi intacte est séparée provisoirement de notre entièreté afin de ne pas être altérée (pulsion de survie) et reste en attente de déploiement (pulsion de Vie).

Ce besoin de reconnexion à soi-même devient alors une quête ultérieure, plus ou moins évidente et au parcours plus ou moins maladroit : avec des compensations parfois bien mises en place, ou au contraire, un manque de repères et de sens profond.

Ce besoin peut se transformer même en “urgence” quand des symptômes apparaissent.

Il peut-être pertinent de constater que les ressentis liés aux symptômes sont souvent analogues à la parts de Soi en attente de reconnaissance : soit d’un vécu douloureux à entendre, soit d’un manque de vécu (existentiel), à faire naître.

En Maïeusthésie nous ne parlerons pas de problèmes à éradiquer, mais plutôt de rencontre avec Soi à accomplir dans un projet vers l’intégrité et le déploiement. Elle permet de reconnecter avec ces parts de Soi qui manquent et qui appellent à travers le symptôme. Elle accompagne les mécanismes naturels de la psyché vers davantage de complétude.

Le symptôme qui a accompli son rôle vers la réhabilitation du Soi manquant disparaît.

"Allez avec et vers vous-même. Osez Etre et Devenir."
rachel pedraza
Rachel Pedraza
Praticienne Thérapie Brève

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.